Les Français et la presse sociale

Juin 2016

Méthodologie de l'étude

14 - Ringing Phone (Solid)Created with Sketch.

MODE DE RECUEIL

Par téléphone (CATI)

DATES DE TERRAIN

du 25 au 27 février 2016

CIBLE INTERROGÉE

Échantillon représentatif de 1 005 individus âgés de 18 ans et plus, constitué d'après la méthode des quotas (sexe, âge, CSP, région, taille d’agglomération)


Un taux d'adhésion aux organismes éditeurs de presse sociale qui reste stable

De nombreux Français adhèrent à au moins un des organismes cités : un syndicat, une complémentaire santé ou organisme de type mutualiste ou une association de défense des droits.

0 %
des Français sont adhérents à au moins un type d'organisme

(77 % en 2006)

9 %

Un syndicat, une organisation
professionnelle ou étudiante

50-64 ans : 12 %

75 %

Une complémentaire santé, un organisme de type mutualiste

65 ans et plus : 88 %
CSP+ : 82 %

8 %

Une association de défense des droits sociaux, des droits des malades, des droits des consommateurs, des droits des citoyens


Une large majorité des adhérents reçoit une publication de la part d'un organisme

Plus de la moitié des adhérents nous indiquent recevoir des publications en format papier, et plus d'un tiers en format numérique. Les seniors sont plus nombreux à indiquer recevoir des publications en format papier.

0 %
des adhérents reçoivent des publications papier et numérique confondus

(70 % en 2006)


Format papier

Essemble des adhérents : 54 %
65 ans et plus : 66 %


Format numérique

Essemble des adhérents : 35 %
CSP+ : 47 %
35-49 ans : 41 %


Une préférence pour le format papier surtout auprès des seniors

Globalement, plus de la moitié des adhérents qui reçoivent des publications préfèrent les recevoir en format papier, notamment parmi les seniors. Les femmes aussi ont une nette préférence pour celui-ci.

Le format numérique est privilégié par plus d'un tiers des adhérents, notamment par les 25-34 ans, les CSP+ et les hommes.

   0 %
Format papier

65 ans et plus : 72 %
50-64 ans : 63 %
Femmes : 63 %

   0 %
Format numérique

25-34 ans : 63 %
35-49 ans : 46 %
CSP+ : 45 %
Hommes : 42 %

   0 %
Indifférents


Un taux de lectorat qui reste stable

Parmi les adhérents qui reçoivent des publications, 89 % les lisent au moins superficiellement. En format papier, ils sont plus nombreux à les lire attentivement qu'en format numérique.

0 %
des récepteurs lisent au moins superficiellement les publications

(92 % en 2006)







Lecture sur format papier


26 %
Attentive

32 %
Plus ou moins attentive

31 %
Superficielle

9 %
Ne lisent pas du tout

Lecture sur format numérique


11 %
Attentive

22 %
Plus ou moins attentive

27 %
Superficielle

33 %
Ne lisent pas du tout


La presse sociale conforte et dévoile un nouvel atout : l'interêt des informations

Sur tous les axes testés : fiabilité, utilité et proximité, les répondants sont une large majorité à attribuer ces qualificatifs à la presse sociale, un constat que nous avions déjà fait en 2006.

Les informations sont fiables, on peut leur faire confiance

Les informations sont utiles

Les sujets sont proches de mes centres d'intéret

Les informations sont intéressantes


Une qualité de rédaction tout aussi appréciée que dans la presse grand public

Concernant la qualité de la rédaction, les lecteurs ne tranchent pas vraiment. Ils sont autant à l'associer à la presse grand public qu'à la presse sociale.

50 %

Presse grand public

50 %

Presse sociale


La pluralité des points de vue et la mise en forme restent l'apanage de la presse grand public

Les répondants associent majoritairement la diversité des points de vue et l'agrément de la mise en page à la presse grand public, même si les publications adhérents voient leur score progresser depuis 2006.

Les informations reflètent les différents points de vue

La présentation est agréable